Au bois du bac, 2020

On est au soleil et pourtant… Le retour du printemps a un goût étrange. La nature autour de nous se déploie, superbe. Mais la tension est là; cette limite au fond du jardin qui nous restreint dans cet espace clos. Et le ciel au dessus de nos têtes, toujours aussi bleu. On se regarde avec tendresse mais on ne peut pas se toucher. On s’aime à distance, avec douceur. Le temps s’étire et s’arrête. Et on s’y perd. Les feuilles des arbres sont de plus en plus grosses et le soleil de plus en plus chaud.